Avertir le modérateur

09/05/2014

Cédric Barbosa et Olivier Sorlin représentent Le Football Vrai en Haute-Savoie

Vous connaissez l’expression d’une pierre deux coups ? 
Voilà, c’est ce que nous avons réussi à faire en interviewant Olivier Sorlin et Cédric Barbosa, deux briscards de notre championnat français qui évoluent actuellement sous le maillot d’Evian Thonon Gaillard.
Le premier est stéphanois et n’a (pour le moment) jamais porté le maillot des Verts.
Le second est ardéchois et garde des souvenirs précis de sa jeunesse.

Tentative d’interview croisée pour Le Football Vrai.

 

Quel est le nom du tout premier stade sur lequel tu as évolué ?

O.S : J’ai commencé à l’ASPTT Villars, c’est un petit club à côté de St Etienne mais le nom du stade pfff …
En pro c’était à Beauvais, mais je ne me rappelle plus le nom du stade.
(Stade Pierre-Brisson, ndlr)

C.B : Le tout premier en Pro c’était le stade Pierre Pibarot, à Alès.

alesss.jpg


 

Te souviens-tu de ton tout premier but en club ?

O.S : Mon premier but en Pro c’était pour Valence-Lille, au Stade Pompidou, c’était en Deuxième Division, ça devait être en 1997 je pense.

C.B : C’était à Alès aussi contre Charleville-Mézières. Le gardien c’était Gilles Bourges.

 

Le premier maillot que tu as acheté ou qu’on t’a offert ?

O.S : St Etienne ! Je l’ai acheté parce que je suis de St Etienne et j’étais fan des Verts.

C.B : Wow wow wow !! C’était quand j’étais tout petit sûrement. Ce qui m’a marqué c’était un t-shirt qui avait été fait quand j’étais tout petit, je ne sais pas quel âge j’avais, il y avait marqué : « Je jouerai la coupe du monde en France -1998 » Je ne sais pas si tu te souviens de ce t-shirt … Un t-shirt blanc et  ils avaient écrit ça dessus. Je devais avoir 5 ou 6 ans, je devais être poussins ou pupilles, ça existe plus ça maintenant.

photo (7).JPG


 

As-tu déjà porté un cycliste ou un collant sous ton short ?

O.S : Un cycliste ouais, mais jamais de collants.

C.B : Oui, encore aujourd’hui. Et c’est plus par commodité, par habitude.

 

Avec ta première paye, t’as offert un resto à tes potes ou tu t’es acheté un écran géant ?

O.S : Je suis plutôt resto. J’aime bien gâter ma famille.

C.B : Non, ma première paye, c’était à mon premier contrat à Alès, un contrat aspirant à l’époque. Ma première paye était de 700 Francs et je me suis acheté un short et un t-shirt Oxbow ! Et quand je suis sorti de là il me restait zéro parce que c’était assez cher à l’époque. Je crois que les 700 Francs y étaient passés. C’était à la mode.

 

Après une victoire, pour récupérer, t’es plutôt du genre à boire un litre d’eau ou un litre de Kro ?

O.S : Plutôt bière maintenant. Quand j’étais jeune plutôt eau mais maintenant bière. Alors peut-être pas un litre hein !

C.B : (Rires) Les deux, ça dépend. Après la victoire ça peut être le litre de Kro et après la défaite ça peut le litre de Kro pour oublier ou de l’eau. Ca dépend de mon humeur et des conditions.

 

T’es plutôt merguez/frites ou saucisson/beurre ?

OS : Merguez/Frites, c’est meilleur.

C.B : J’aime bien les deux. Un bon saucisson-beurre avec des cornichons, c’est pas mal. Comme je suis ardéchois, j’aime bien la charcuterie.

sandwich.jpg


 

Niveau chaussures, t’es plutôt Nike, Adidas ou Patrick noires classiques ?

O.S : Ben écoute j’ai commencé, je m’en rappellerais toujours, mes premières chaussures c’était des Patrick, c’était pour le Stabilisé, c’était des Michel Platini à l’époque. Et maintenant plutôt Adidas.

Crampons michel platini.JPG


C.B : Adidas, en plus c’est mon sponsor, je ne peux pas leur faire des infidélités.

 

Et au niveau des crampons, tu joues plutôt en 16/18 en Alu ou crampons moulés ?

O.S : 16/18 moi ! Parce que je ne vais pas très vite et j’ai donc besoin de rester accrocher à la pelouse.

C.B : Ah je ne suis pas un rugbyman, je préfère les moulés. Malheureusement les terrains sont de plus en plus arrosés, on est presque obligés de jouer tout le temps avec des vissés, mais je mets les plus bas possible.

 

T’es plutôt Téléfoot, Jour de Foot ou BeinSports ?

O.S : Plutôt Bein.

C.B : J’aime bien Beinsport parce que j’apprécie beaucoup Alex Ruiz. Mais je ne suis pas trop ‘émissions’, je suis plus match de foot. Après quand je tombe dessus si c’est intéressant je regarde mais je suis plus match !

 

Quel est l’Homme qui a marqué ta carrière ?

O.S : L’entraîneur c’est dur d’en sortir un parce qu’il y en a eu plusieurs qui m’ont mis dans le droit chemin, on va dire, et qui m’ont fait prendre conscience que je pouvais aller plus haut et qui croyaient en moi. Un seul c’est dur. Il y a le premier qui m’a fait jouer en club, il y a Jean-Louis Gasset aussi.

C.B : René Cédolin. Parce que c’est lui qui était au centre de formation à Alès quand j’ai débuté. Je dirai deux en fait. René Cédolin et Serge Faucher pour deux raisons différentes. Mais ce sont les deux personnes qui m’ont permis de passer un cap supplémentaire pour être Pro.

 

Si tu devais te rappeler d’un moment de Football quand tu étais gamin ?

O.S : Quand j’étais ramasseur de balles à St Etienne. J’étais là, je regardais les Pros, ça donnait envie de passer en Pro.

C.B : Ce que j’aimais c’était aller voir les tournois de sixte que mon père faisait à l’époque. J’étais tout gamin. A l’époque c’était des gros tournois. Il y avait beaucoup  de joueurs de différentes régions qui faisaient des petites équipes. Il y avait des gros lots, c’était pas mal.

 

Quel est ton meilleur souvenir sur un terrain de football ?

O.S : Ces dernières années pas mal de bons moments. Parce qu’il y a la Coupe de France, les montées de Ligue 2 en Ligue 1 avec Evian par exemple. Ce sont des bons souvenirs.

C.B : J’en ai deux. J’ai eu la chance de marquer à chaque fois pour la naissance de mes enfants. Ce sont les deux moments les plus importants pour moi.

 

Quel le stade le plus moche dans lequel tu aies évolué ?

O.S : Oula !! Je vais me faire des ennemis ! Tu sais, je suis allé en Grèce et il y a des stades pas terribles. Par exemple j’ai joué à Levadiakos quand j’étais à Salonique, leur stade il est pourri !! Il y a deux douches, les vestiaires sont morts.

stade levadiakos.jpg


C.B : Wow ! Tu sais j’ai fait des matchs de CFA alors il y en a plusieurs. En citant un comme ça c’est compliqué mais c’est vrai que quand tu joues avec les réserves Pro, parfois c’est un peu champêtre. Mais c’est ce qui fait le charme du Foot. Quand tu fais la coupe de France aussi …

 

Et le plus beau ?

O.S : Ben je dirais le Stade de France, ou le Parc des Princes. Le Stade de France il est beau parce qu’en plus généralement quand tu joues là-bas c’est pour une cause spéciale. Soit pour une finale de coupe, soit avec la sélection mais bin tu vois ça, ça n’arrivera jamais.

C.B : Le stade d’Hambourg peut-être. Ils venaient de le terminer, il était magnifique.

 

Olivier, tu es de St Etienne mais tu n’y as jamais joué, c’est un regret pour toi ?

O.S : Ben j’ai joué  jusqu’à 16 ans mais on ne m’a pas gardé parce qu’on ne croyait pas trop en moi et ouais … Après on dit qu’il ne faut pas avoir de regrets mais c’est vrai que je suis stép^hanois, j’ai toute ma famille qui est là-bas, quand tu es gamin tu rêves d’être Pro là-bas. En fait ça a toujours failli se faire et puis ça ne s’est jamais fait et je pense que ça se passera comme ça jusqu’à la fin de ma carrière.

 

Est-ce que tu suis les performances de ton premier Club, l’AS Valence ?

O.S : Ben un peu et puis j’ai des amis là-bas. Le club est en CFA et je sais que c’est compliqué. Mais c’est vrai que je suis tous les clubs par lesquels je suis passé parce que généralement je suis resté longtemps dans ces clubs. Ça laisse pas indifférent.
A Valence je garde pas mal de souvenirs, j’ai gardé pas mal d’amis qui sont là-bas. C’est là-bas que j’ai goûté au monde professionnel, m’entraîner tous les jours avec les Pros et c’est ce qui m’a donné le goût de continuer.

 

A Evian, qui est le plus fou dans le vestiaire ?

O.S : Le plus fou ?? John Mensah, ouais un peu fou-fou ! Mais c’est marrant.

 

Tu as marqué le premier but de l’Histoire d’Evian Thonon Gaillard en Ligue 1, qui n’était pas dégueu d’ailleurs, tu t’en souviens ?

O.S : Ouais c’est à Brest. Une reprise de volée en sortie de corner, pied gauche. Il faut toujours marquer des buts qu’on se rappelle, comme ça au moins … Comme je n’en marque pas beaucoup autant en mettre des jolis. (rires) D’ailleurs les supporteurs m’avaient donné une coupe avec marqué : « Premier But d’Evian en Ligue 1. »

 

sorlin but.gif


 

Cédric, te souviens-tu de ton premier match en Première Division ?

C.B : Ouais c’était contre Strasbourg, avec Montpellier en août 1997, j’étais entré 15/20 minutes en fin de match.

 

Avec Olivier, vous avez souvent évolué dans les mêmes clubs, hasard ou réelle volonté de se retrouver ?

C.B : Non, complètement un hasard. Je pense qu’on est tous les deux des joueurs de clubs, donc on est assez intéressants et polyvalent. C’est v rai que c’est marrant, parfois on en sourit parce qu’on se dit qu’on a presque 7 ou 8 ans en commun dans nos carrières, c’est énorme.

barbiosorlin.jpg


 

 

Si je vous dis « Le Football Vrai » ça vous inspire quoi ?

O.S : Ben moi je préfère vivre le football comme je le vis moi. C’est-à-dire les potes, même s’il faut un maximum de concentration et de suivi dans la semaine. M’amuser avec mes potes, rigoler, au jour le jour plutôt qu’avoir la tête dans le guidon, dans les stats, toujours manger comme il faut, boire de l’eau et patati patata. Moi je ne suis en rien ma nutrition, ça m’empêche pas de temps en temps de boire des bières avec mes potes, de refaire les matchs devant une bière. Ca ne m’empêche pas d’être performant avec un minimum de sérieux, pas faire le con non plus. Je ne suis pas non plus à 2/3 du match à faire des bringues mais bon, j’aime bien ce côté-là aussi. J’aime bien déconner. Même à une demi-heure du match j’aime bien rigoler, sortir des conneries, et après basculer au bon moment.
Aussi, avec l’argent, on se rend compte que beaucoup de joueurs pensent qu’à leur gueule. On a beau dire que c’est un sport collectif … Quand on voit les journaux et les sites qui ne parlent que des statistiques, c’est ce qui fait que le Football a perdu de son charme. Même si le mec perd, s’il a fait une passe, il est content. Après, moi, tu veux venir à n’importe quel match, même si je marque un but j’en ai rien à foutre ! Du moment que l’équipe gagne ou prend des points … Et tout ça se perd. Après quand tu es un peu plus ancien tu as du mal à t’y retrouver. On a la chance à Evian d’être plusieurs « vieux » et d’avoir quand même des jeunes qui sont assez cools et posés, avec qui il n’y a pas de barrières. C’est pour ça que dans le groupe l’amalgame ne se fait pas trop mal chez nous. Après on fait avec nos moyens …

 

C.B : C’est avant tout le collectif. C’est vrai qu’aujourd’hui c’est devenu un peu plus individuel. Quand j’ai commencé, on avait beaucoup plus de « respect » pour le collectif. Il y avait beaucoup plus de vie commune. Aujourd’hui, tout est un peu fait pour que les joueurs se retrouvent isolés dans leur chambre. Entre les ordinateurs, les Playsation, les conneries comme ça … 

 

Propos recueillis par Petit Pont Moulon


Crédits : stades-spectateurs.com / ledauphiné.com / forum.aja-1905.fr et un grand merci à Nicolas Guillermin pour la photo du Tshirt "Coupe du Monde"

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu