Avertir le modérateur

31/03/2014

Aux Invalides, le football vrai marche encore.

le, football, vrai, paris, invalides

En ce dimanche 19 mars, mon état gueuleboisant aurait dû me clouer devant un Saint-Etienne – Sochaux. Mais je me suis motivé pour aller rencontrer des footballeurs vrais au cœur de Paris. Mission compliquée sur le papier qui en réalité l’est beaucoup moins. Depuis plusieurs années, une poignée d’irréductibles se retrouvent au pied des Invalides pour taper la balle au milieu des touristes. A l’heure où les « Urban foot » poussent comme des champignons en périphérie des grandes villes, une petite communauté résiste et se contente largement d’une pelouse remplies de trous, où les buts et limites du terrain sont définis par des sacs à dos ou des blousons, un peu comme dans bon nombre de cours de récrés.

 

le, football, vrai, paris, invalides

Entre deux actions chaudes, j’ai pu m’entretenir avec Victor, 19 ans, étudiant en classe préparatoire. Pour lui, le vrai luxe que lui offre les lieux, c’est de pouvoir jouer en plein air et gratuitement au cœur de la capitale : « Aujourd’hui, une heure d’urban ça coûte trop cher (entre 10 et 12 euros par personne) et c’est à minimum une demi-heure de chez moi. J’habite dans le 14eme et en un coup de Velib, je suis sur place chaque dimanche à 14 heures et ce depuis 8 mois »

 

Au-delà de la gratuité et de la proximité, il loue le bon état d’esprit qui règne ici. Il n’hésite pas au passage en remettre une couche sur les méfaits de l’urban : « Le fait que les sessions soient payantes me font penser que les gars viennent autant pour jouer que pour gagner. Alors qu’ici, on joue avant tout pour se défouler, se faire plaisir. »

 

le, football, vrai, paris, invalides

Il  regrette néanmoins qu’il n’y ait pas plus d’espaces intra muros dédiés à la pratique du ballon rond. Quelques petits terrains bétonnés sont accessibles dont à proximité du Champ de Mars. Le Jardin du Luxembourg fait aussi office de stade et on y trouve principalement des enfants. Pour satisfaire les footballeurs du dimanche comme Victor, Hidalgo ferait bien de s’inspirer d’une ville comme Cardiff. Il y a quelques années, le jeune homme s’est rendu dans la capitale galloise et a pu constater que les spots tels que les Invalides étaient légion. « Là bas, tu peux réserver des terrains sur Internet pour environ 3 euros de l’heure pour l’ensemble de ta bande. C’est rien... »

 

le, football, vrai, paris, invalides

Cette gratuité chère à ce jeune footeux peut néanmoins se payer au prix fort sur le plan physique. Je parlais en préambule d’un terrain cabossé malheureusement propice aux entorses. Mais après tout, un footballeur vrai ne peut s’exprimer sur une pelouse en parfait état. Et le footballeur vrai aime aussi braver l’interdit puisque les jeux de ballon ne sont pas autorisés aux Invalides et les crampons encore moins. Mais ça Victor et ses potes n’en ont que faire et privilégient la passion à la raison. Et on ne peut qu’approuver.


Guy Truite.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu